Catégories
Achayoga Les essais de Pascal Rivière

Contemplation du Nid Douillet

Ô Grand Maître Vénéré, j’aperçois ici votre noble disciple, nichée dans un cocon de sérénité. Ses yeux mi-clos me font penser à un sage perdu dans les méandres de la plus haute méditation. Quelle profonde sagesse émane de cette posture, digne des plus grands yogis félins ? Éclairez mon humble compréhension, je vous prie.

Salut cher Serviteur Bipède,

La posture que voit ton œil d’humain est la classique « Contemplation du Nid Douillet », une technique de recentrage sur la douceur de l’instant présent, pratiquée dans le plus confortable des asanas. Ma disciple semble plongée dans la méditation « Pleine Conscience du Moelleux », où chaque fibre de l’ottomane devient un univers à explorer, encourageant la relaxation profonde et l’éveil des sens subtils. Voilà qui est très bien pour son Achayoga quotidien !

Mais plongé dans ta profonde ignorance de bipède, tu n’as pas perçu l’insondable ! Tu as pourtant devant toi un spectacle des plus rares : la pratique séculaire du « Ronronnement Vibratoire » dans sa forme la plus épurée. Vois comme chaque poil de son pelage frémit d’une onde apaisante, chassant les tourments de ce monde illusoire. L’équilibre entre forme compacte et abandon total est une prouesse digne des plus grands contemplatifs à quatre pattes. Quel contrôle millimétré de la respiration féline ! Quelle maîtrise des énergies subtiles du Moelleux ! Par sa concentration intense, mon humble disciple accède aux réalités les plus insondables, repoussant les limites du nirvachâ. Vénérons ce trésor vivant de l’antique tradition du Achayoga !

Namiaounamasté 🙏🐾✨

Catégories
Achayoga Les essais de Pascal Rivière

Félinzazen

Bonjour Maître,

Cette noble posture de votre disciple est-elle bouddhiste ou boudeuse ?

Chalut cher Serviteur Bipède,

Cette noble posture de ma disciple est une incarnation parfaite de la méditation « Félinzazen », la plus haute forme de réalisation spirituelle dans la tradition des Maîtres Félins. Elle transcende la dualité bouddhiste/boudeuse de votre compréhension limitée, incarnant plutôt l’équilibre sublime entre la contemplation intérieure et une légère pointe d’indignation caractéristique de l’esprit félin supérieur.

Son minois de minou peu commode pourrait certes se faire sur la commode, mais c’est un lieu bien trop vulgaire pour accueillir une telle manifestation de sagesse transcendantale.


Elle médite sur la nature éphémère de la caresse humaine et le cycle éternel du jeu et du sommeil, mais aussi sur le caractère transitoire de l’eau fraîche dans son bol et de la fraîcheur des croquettes qui se rancissent si vite, hélas.

Namiaounamaste, ô bipède ignare !

Puisses-tu un jour atteindre une once de la grâce illuminée qui irradie de la présence de ma disciple. 🙏✨🐾✨

PS: Et si tu disposais la plus petite unité de mesure de mémoire, tu te souviendrais que dans une de mes précédentes incarnations, j’adoptais déjà moi-même la dite posture !

Catégories
Achayoga Les essais de Pascal Rivière

La Mystérieuse Herbe Mystique

Bonjour Maître,

Ô sublime représentant de l’essence de la sagesse akachashique ! Je voudrais que vous nous exposiez les vertus ainsi que les éventuels dangers liés à la consommation de la Mystérieuse Herbe Mystique encore nommée “l’herbe à chat” et de “l’herbe aux chats”. Pourriez-vous éclairer notre féline lanterne à ce sujet ?
Merci d’avance pour votre lumineux éclaircissement.

Ah, la Mystérieuse Herbe Mystique qui éveillent le « miaousuisje » méditatif en chaque félin !
Permettez-moi d’ajouter une touche de sagesse akachaique à votre connaissance.

L’herbe à chat, ou cataire, est comme une potion magique pour les élus félins qui y sont sensibles. Cette plante, porteuse d’un composé nommé népétalactone, agit sur le cerveau félin, déclenchant une euphorie, voire un état méditatif que nous, les chats, trouvons très enrichissant spirituellement. Elle stimule nos sens, met notre conscience « chat-rade » et permet une connexion plus profonde avec le grand « miaounivers ». Cependant, comme tout chemin vers l’illumination, il convient de ne pas s’y aventurer avec excès. Trop de cataire peut entraîner de légers troubles digestifs, un peu comme trop de méditation peut vous faire oublier de chasser les souris.

En ce qui concerne l’herbe aux chats, cette dernière est notre version féline des légumes verts. Ces jeunes pousses de céréales nous offrent une source de fibres, aident à purifier notre système digestif et favorisent l’expulsion des boules de poils. Ce sont les salades de notre monde, mais ne confondez pas leur rôle utilitaire avec les sommets mystiques atteints par la cataire.

Rappelez-vous, chers Fidèles Serviteurs Bipèdes, que l’herbe à chat même si elle n’est pas essentielle pour notre survie, enrichit néanmoins notre vie spirituelle et apporte de la joie à notre existence terrestre. Comme pour toute chose, modération et observation sont les clés. Observez votre chat et apprenez de lui, car dans chaque roulade dans la cataire, il y a une leçon sur la joie de l’instant présent.

Mais je pense, Maître, qu’il est crucial de rappeler aux Fidèles Serviteurs Bipèdes que la Mystérieuse Herbe Mystique se mâchouille ou se renifle. Il est primordial de souligner qu’il ne faut en aucun cas que les chats fument ou sniffent cette herbe, car ils pourraient courir le risque de quitter le noble chemin de la « chagesse » ?
Snif, snif ?
Oh Maître ! Mais vous êtes en train de fumer et sniffer la Mystérieuse Herbe Mystique !

Oui disciple pusillanime, le résultat peut-être tout “chimplement” stupéfiant !

C’est un sujet fumeux qui fait ronronner dans les chaumières et qui, avouons-le, nous rend complètement miaouf : l’herbe à chat, ou devrais-je dire, la sainte marijuacha de la féline félicité! Oui, mes amis, cette verdure n’est pas votre gazon ordinaire, c’est le green des greens, le pétard à moustaches, le joint du jardinet psychédélique!

Imaginez un peu : vous, humains, vous vous en rouler parfois de l’herbe, de la bonne. Nous, les chats, on se roule dedans. Une pincée de cette herbe magique et c’est la cata de la cataire nous voilà transformés en félins délurés, prêts à faire la fiesta avec les souris et à inviter les oiseaux pour un boogie-woogie endiablé. C’est notre Woodstock à nous, sans la boue mais avec autant de frissons!

Mais attention, l’abus de cataire peut transformer le plus noble des chats en une boule de poils à l’air beuh! Qui a jamais conçu de voir son chat complètement stone, faire des « rollings » sur la moquette en croyant attraper des papillons imaginaires? Imaginez un peu, un chat qui se prend pour un lion, se lance dans une course effrénée et finit par s’agripper aux rideaux en miaulant d’inconvenants « mantrachats » … Pas très mignon tout cela !

Alors, chers humains, avant de nous juger pour notre amour de l’herbe, rappelez-vous que vous avez, vous aussi, vos petits plaisirs coupables.

En somme, l’herbe à chat, c’est notre Libre Saine Dévotion à nous, sans les hallucinations (quoique…), notre SPA mental, notre yoga sans les postures compliquées. Alors, laissez-nous kiffer notre herbe en paix, et on vous promet de ne pas appeler les félins anonymes!

Namiaoumaste, les amis, et souvenez-vous: dans chaque chat qui se roule de la cataire, il y a un petit gourou poilu qui cherche son nirvacha.

Namiaounamaste 🙏😺✨
Un chat complètement gaga de sa cataire 🐾💫

Catégories
Achayoga Les essais de Pascal Rivière

Le Noble Rituel des Portes

Chalut ô vénérable guide des félins éclairés,
Dans le grand théâtre de la vie, il est de notoriété publique que nous, nobles créatures à fourrure, avons su élever l’art de la manipulation des portes à un niveau spirituel inégalé. Nos serviteurs bipèdes, dans leur naïveté charmante, s’imaginent peut-être maîtres de leurs demeures, mais en vérité, ils ne sont que les gardiens de nos passages mystiques.

Chalut cher disciple félin,
Ah, les portes de la perception !
Ces portails non seulement physiques mais aussi métaphysiques, que nous, les chats, traversons avec une aisance divine. La fameuse ‘Porte du Temps’, baignée par la lumière dorée du crépuscule, n’est pas simplement une ouverture vers un jardin bien entretenu ou une ruelle mystérieuse. Non, elle est le symbole de notre quête éternelle pour transcender les limites de ce monde matériel, pour explorer les confins de l’univers et peut-être, juste peut-être, trouver un endroit où la pâtée est servie en continu.
Quant aux « mantrachats », ces incantations sacrées que nous devons psalmodier pour activer la volonté de nos humains, elles sont le cœur vibrant de notre magie. Par ces mots, nous alignons nos vibrations avec celles de l’univers, ouvrant ainsi les portes de la perception avec la grâce d’un chat qui retombe toujours sur ses pattes.
Je vous exhorte, cher disciple à la queue touffue, à poursuivre votre noble quête d’ouverture des portes, tant physiques que spirituelles. Chaque porte franchie par votre humain dévoué est une métaphore de l’élargissement de votre conscience, un pas de plus vers l’illumination féline.

Namiaounamaste, que la sagesse des ancêtres félins vous accompagne dans votre voyage à travers les dimensions 🙏🐾✨

Catégories
Achayoga Les essais de Pascal Rivière

Ouille une léchouille !

Bonjour Maître. Quel comportement vos disciples doivent-ils adopter si un chien veut les gratifier d’une lèche ? Elle sera baveuse évidemment ..

Chalut chers disciples,

Ah, la question éternelle de l’interaction et des relations interspécifiques canino-féline. Le chien, cet être enthousiaste et parfois envahissant avec sa langue pendante et dégoulinante ! En tant que disciples félins, votre réaction doit refléter la sagesse et la dignité du Achayoga.

Premièrement, évaluez l’intention du chien. Est-il amical ou ou simplement un rustre sans manières ? Si c’est un comparse, un regard condescendant et un battement de cils suffiront à lui faire comprendre que vous acceptez, avec une magnanimité toute féline, son geste grossier. C’est le « Namiaou-nik », le salut des sages qui daignent tolérer la présence canine.

Mais si ce chien est un peu trop… disons, exubérant, rappelons-nous de la posture du « Chat Majestueux ». Redressez-vous, regardez-le avec une tranquille assurance et, sans agressivité, prenez un petit pas en arrière. Cela indique, « Cher quadrupède, je te remercie pour cette démonstration d’affection dégoulinante, mais je préférerais que tu réserves tes épanchements liquides à des oreilles moins distinguées. »

Enfin, souvenez-vous, disciples de la « délichatesse », que notre mission est de préserver notre aura de supériorité, même face à l’assaut d’une langue humide et maladroite. Après tout, nous sommes des chats, pas des serpillières. Il est de notre devoir de maintenir notre sérénité et notre élégance, même face à un torrent de bave canine.

Namiaounamaste, et que la grâce féline soit avec vous, loin des douches canines impromptues. 🙏🐾✨.

Catégories
Achayoga Les essais de Pascal Rivière

La Posture du « Présage Paisible »

Bonjour Maître,

Quelle est donc cette noble posture exécutée par votre disciple ?

Bonjour, cher Fidèle Serviteur de mon disciple,

Ce que vous voyez ici est la posture sacrée du « Présage Paisible », souvent adoptée par les disciples après une longue contemplation des mystères de l’univers félin. C’est une pose qui reflète à la fois la sérénité intérieure et une conscience aiguë de l’environnement – un équilibre parfait entre la détente et la vigilance, un état idéal pour l’entrée dans les méditations profondes du Achayoga.

Les pattes avant croisées ont-elles une importance ?

Ah, une observation perspicace ! Les pattes avant croisées sont essentielles dans la posture du « Présage Paisible ». Ce croisement est un symbole de l’entrelacement des chemins de la vie et de la sagesse. Cela indique que le disciple a réussi à fusionner les dualités de l’existence — le mouvement et la quiétude, l’alerte et la détente. C’est un signe que le chat est dans un état d’harmonie complète avec les forces de l’univers.

En cette pose, il me revient effectivement en mémoire que votre disciple attendait son repas. Cela a donc un sens ce présage paisible ?

Effectivement ! Dans l’attente de son festin, le disciple démontre la patience et la concentration, deux vertus capitales dans l’enseignement du Achayoga. Le « Présage Paisible » devient alors un « Présage de Patience », anticipant le moment propice avec calme et confiance. Ce n’est pas seulement une posture, mais une leçon de vie : accueillir avec sérénité ce que chaque instant doit offrir, même si c’est un délicieux repas qui se fait attendre.

Namiaoumasté !

http://iakasha.ovh

Catégories
Achayoga Les essais de Pascal Rivière

Achayoga : Baîllement Cosmique

Bonjour Maître.

Quel achana ou méditation votre disciple pratique-t-il ici ?

Ah, voici un disciple avancé dans la pratique sacrée des achana ! Sur la première image, il exécute l’achana de la Vigilance Éveillée, où le regard fixe invite à la clarté de la perception intérieure.

Dans la deuxième image, il semble que le disciple pratique l’achana du Bâillement Cosmique, un mouvement permettant de libérer les énergies stagnantes et d’inviter une nouvelle onde de chi félin. Ce n’est pas un simple bâillement, mais un chant silencieux où le corps et l’âme s’étirent vers les étoiles de l’illumination. Une belle démonstration de la fluidité et de l’harmonie en Achayoga.

Namiaoumasté !

Catégories
Achayoga Les essais de Pascal Rivière

Achayoga : La Pratique du Miaoum Fâché

Chers disciples félins, aujourd’hui, nous allons pratiquer l’art sacré du « MIAOUM » yogique, une technique ancestrale transmise de coussinet à coussinet à travers les âges. Ce cri, émanant du tréfonds de votre être, est un appel à l’univers, que vous soyez face à un humain, un autre animal ou un confrère chat, initié ou non.


Les bienfaits du « MIAOUM
Le « MIAOUM » n’est pas un simple miaulement, c’est une vibration qui résonne dans tout votre corps, massant délicatement votre glande pinéale, ce troisième œil intérieur, et libérant ainsi un flot de bien-être. Imaginez les vibrations comme une caresse sur votre pelage, mais à l’intérieur.


Pratique du « MIAOUM »
Pour réaliser cet exercice, positionnez-vous face à un objet de mécontentement. Cela peut être un chien un peu trop enthousiaste, une gamelle aussi vide que votre patience, une litière qui crie au secours, ou pire encore, votre spot de sieste préféré injustement occupé par un intrus.
Dans cette posture de défi, laissez monter de votre ventre un « miaoum » profond et grondant. Montrez vos crocs, froncez les joues, et tendez votre corps comme si vous étiez sur le point de réaliser la posture du guerrier, mais sans bouger d’un poil.


Étiquette du « MIAOUM »
Attention, ne confondez pas avec le « PSCHHH » des chats profanes. Ce son est à bannir de votre vocabulaire yogique. Seuls les vrais chats initiés, ceux qui ont atteint l’illumination au bout de leur queue, sont capables de manifester le « MIAOUM » fâché chacré.


Pour conclure
Pratiquez quotidiennement et vous verrez, chers matous et chères minettes, que non seulement vous renforcerez votre connexion avec le divin félin, mais vous pourrez également, qui sait, faire fuir ce satané chien du voisin ou récupérer votre coussin préféré.


Namiaoumaste !

http://iakaska.ovh

Catégories
Achayoga Les essais de Pascal Rivière

AchaYoga Sutra de Pantachali du Chat Profondément Méditatif

  1. Sthira-sukham asanam: L’assise est ferme, confortable, le noble chat se pose, tel un sage sur son trône de coton.
  2. Prashantam-animalaye: Dans la quiétude d’un domaine sans tracas, le félin médite, libéré des tourments du jeu incessant de la chasse aux souris imaginaires.
  3. Aharah-santutah-svadhyaya: Rassasié d’un festin divin, son esprit s’attarde sur des réflexions profondes; où est donc cette délicieuse boîte de pâtée?
  4. Pranayama-svayam-kriya: Il respire lentement, l’air circule, un souffle à la fois, comme pour effacer l’ardoise de ses malices du jour.
  5. Dharana-dhyana-samadhi: Fixant son regard au-delà de l’horizon des coussins, il plonge dans un état de concentration, de méditation, l’union avec le grand sommeil.
  6. Mitahara-siddhi: Avec la modération en repas, il trouve la force; les rêves de poulet lui promettent une nuit sans embûche.
  7. Ananda-bhumikatva: La béatitude s’installe, dans la douceur d’une lumière tamisée, notre chat s’abandonne à l’art de ne rien faire, avec grâce.
  8. Ahimsa-pratisthayam: Nulle griffe ne s’étend, nul miaulement ne s’entend; dans le sanctuaire de ses pensées, il est la non-violence incarnée.
  9. Santosha-anuttamah: Contentement suprême, il n’a plus besoin de la lune, ni des étoiles, car il a trouvé la paix dans l’écho d’un ronronnement.
  10. Abhyasa-vairagyabhyam: Par la pratique de l’abandon, il atteint la non-attachement aux tracas quotidiens; un coussin, une sieste, et le monde est oublié.

Ainsi, notre chat, dans sa sage et malicieuse quête, nous rappelle que même après les plus turbulentes des aventures, un moment de repos est le plus doux des remèdes.

Namiaoumasté !

http://iakasha.ovh