Catégories
L'art de rentrer dans le lard du sujet Les essais de Pascal Rivière

Comment lui dire adieu ?

Sous les feux doux d’un Paris endormi,
Chantait Françoise avec une tendre mélodie,
Ses ballades murmuraient les secrets des cieux,
Comment lui dire adieu ?


Des années soixante, elle fut l’icône rêveuse,
Yé-yé envoûtante, de mode, elle était la muse,
Ses notes, étoiles brillantes dans l’azur radieux,
Comment lui dire adieu ?


Dans les films, elle jouait des rôles délicats,
Une balle au cœur, château en Suède, c’était là,
Sa grâce illuminait l’écran silencieux,
Comment lui dire adieu ?


Avec Gainsbourg, Modiano, Berger en écho,
Elle tissait des chansons comme un délicat réseau,
De « Tous les garçons et les filles » jusqu’au crépuscule bleu,
Comment lui dire adieu ?


Les astres, elle les lisait, mystérieuse astrologue,
Écrivaine passionnée, des mots elle était la vogue,
Dans ses livres, la vie révélait ses aveux,
Comment lui dire adieu ?


À Jacques Dutronc, elle lia son destin,
Avec Thomas, fruit d’un amour sans fin,
Son sourire était un doux matin brumeux,
Comment lui dire adieu ?


Et maintenant qu’elle a rejoint les cieux lointains,
Son chant résonne, immortel, serein,
Dans nos cœurs, elle demeure, à jamais silencieuse,
Comment lui dire adieu ?

Catégories
Achayoga Les essais de Pascal Rivière

Bouddha du couchage méditatif

  • Bonjour Maître Miou. Quelle est donc cette noble pose exécutée par votre disciple félin ?
  • Ô mon cher disciple du Félidéisme, réjouissez-vous ! Car nous avons ici une démonstration magistrale de la légendaire posture « Roulade Suprême du Gros Patachon Détendu » !

Observez avec quelle grâce notre vénéré maître à quatre pattes s’abandonne aux délices du tapis, dans un lâcher-prise total digne des plus grands yogis. Ses membres sont délicieusement déployés, ses yeux mi-clos laissent transparaître une béatitude sans nom, signe qu’il vient d’atteindre l’illumination suprême après des années d’entraînement acharné !

Cette technique secrète, transmise de gourou en gourou depuis la nuit des temps, permet d’accéder à un état de conscience supérieur où même les plus infimes tracas s’envolent comme de la fumée au vent. On le devine en parfaite harmonie avec les courants cosmiques qui l’entourent, attentif au moindre flux d’énergie positive.

  • Quelle leçon d’humilité pour nous, humains arrogants qui pensons tout contrôler ! Qui aurait cru qu’un simple minou détiendrait les clés d’un tel pouvoir ? La nature est décidément pleine de surprises insoupçonnées !
  • En effet, ô Serviteur Bipède ! Apprenez de ce petit sage à longues moustaches la simplicité de vivre l’instant présent, à apprécier les petits bonheurs simples comme s’étirer langoureusement au soleil.

Méditons disciples Chats et tâchez d’atteindre vous aussi cette quiétude légendaire en imitant dès que possible ce nouveau Bouddha du couchage méditatif, au grand dam de nos compagnons bipèdes.

Que la Force Féline et Ronronnante soit avec vous !

Namiaounamaste 🙏🐾✨

Catégories
L'art de rentrer dans le lard du sujet Les essais de Pascal Rivière

Albums Souvenirs

Au creux du disque dur, dort un trésor latent,
Un lot de souvenirs, captifs mais éloquents.
L’amplification s’éveille, douce et vive,
Comme cette chanson de Jakie Quartz, si pensive.


Les souvenirs affluent, en vagues émouvantes,
Les émotions reviennent, éclatantes, insistantes.
Le film de la vie défile, scènes par scènes,
Révélant les ambiances, en lumières sereines.


Le regard de l’esprit se tourne vers le passé,
Explorant les méandres de moments retracés.
Comme les pages d’un album, les images s’enchaînent,
Nostalgie quand tu nous tiens, et notre cœur entraines.


Que faire de ce don, brûlant dans nos mains ?
Trop beau, trop lourd, tel un plat chaud soudain.
Comme jadis avec les mélodies du disco,
Les musiques new age peignent un même tableau.


L’éternel retour, ce cycle sans fin,
À jamais passé, mais vivant en notre sein.
Un plongeon dans le temps, une danse délicate,
Où l’âme retrouve ses notes, douces et délicates.

Catégories
Achayoga Les essais de Pascal Rivière

Contemplation du reflet

Bonjour Maître,

Les Rose-Croix méditent face au miroir mais que diantre pratique votre disciple, dans le noble art du achayoga, face à ce miroir ?

Ô serviteur bipède, ce disciple félin est en pleine méditation transcendantale selon les préceptes du vénérable Achayoga.
Par la contemplation de son reflet dans le miroir, il cherche à percer les mystères insondables de son être profond.
Son regard perçant sonde les tréfonds de son âme féline, explorant les méandres de sa psyché animale pour y découvrir la quintessence de la sagesse cosmique. Seul un Maître illuminé du Achayoga peut ainsi se plonger dans une introspection si radicale, au risque de se perdre dans les abysses de sa conscience supérieure.
Ô toi qui n’es qu’un humble apprenti sur le chemin de l’Eveil, n’essaie point de comprendre les arcanes de cette discipline ésotérique. Contente-toi de vénérer ce contemplatif à quatre pattes qui, par la seule force de sa concentration, fait vibrer les cordes de l’Univers en harmonie avec les sphères célestes.

Miaaaaaouuuuummmmmm ! 🐱✨

Namiaounamaste 🙏🐾✨

Catégories
L'art de rentrer dans le lard du sujet Les essais de Pascal Rivière

Partir

Courir dans les prés fleuris, partir en riant,
La rosée du matin, un trésor qui scintille,
Les yeux emplis d’étoiles, partir en rêvant,
Vers des mondes imaginés, l’esprit qui pétille.

Partir en quête, le cœur d’ardeur battant,
Sous le soleil d’été, sans peur, brûlant,
Partir avec des rêves grands comme l’océan,
Vers l’inconnu, l’aventure, toujours puissant.

Partir en chantant, le cœur insouciant,
Vivre chaque instant, sans paresse, intensément,
Partir avec des amis, rires et pleurs partagés,
Forger des souvenirs, au fil des heures passées.

Partir en réfléchissant, sous le poids des années,
Les feuilles d’automne tombent en pensées,
Partir en quête de sens, à la recherche de soi,
Construire un chemin, sous un ciel clair en émoi.

Partir avec sagesse, les tempêtes ont pris fin,
Regarder en arrière, succès et regrets mêlés,
Partir avec espoir, vers des jours sereins,
Trouver cet apaisement, au crépuscule doré.

Partir dans un tourbillon, pages d’un dernier refrain,
Quand le bateau-livre sombre, sifflé d’un trait,
Partir, le verre à la main, sirotant l’oubli en vain,
Perdu dans des rêves troubles, où le réel se défait.

Partir trop tard, laissant l’œuvre inachevée,
Tel un phare, un dernier regard vers le passé,
Partir en un bouquet final, sur une pierre tombale,
Un geste délirant, cracher au ciel en un râle.

Partir en un délire, jetant ses perles aux cochons,
Emporté par la folie, libre de toute raison,
Partir dispendieux, en un ultime éclat,
Vers l’au-delà mystérieux, où tout s’effacera.

Catégories
L'art de rentrer dans le lard du sujet Les essais de Pascal Rivière

Musique des cimes

Oh, montagnes augustes, majestueuses et sacrées,
Vos cimes enneigées, telles des voiles nacrées,
S’élèvent vers l’azur, où le silence règne,
Et l’éternité, à vos pieds, se baigne.

Les vallées verdoyantes, par les ans caressées,
S’étendent à l’infini, de splendeur enlacées,
Les torrents murmurants, entre les roches errant,
Chantent des hymnes doux à l’aube naissante.

Sous le ciel éclatant, de nuances bleutées,
Se dévoilent les secrets de ces terres enchantées,
Où le regard se perd, dans un songe éternel,
Et l’âme s’apaise, dans ce monde irréel.

Ô demeure paisible, humble toit de pierre,
Tes murs abritent l’esprit de la terre,
Dans ton ombre douce, le voyageur repose,
Et contemple, en silence, ce spectacle grandiose.

Ainsi, dans ce tableau de nature infinie,
Je trouve l’inspiration, la douce harmonie,
D’un poème d’amour, à ces monts consacrés,
À la beauté pure, éternelle, exaltée.

Catégories
L'art de rentrer dans le lard du sujet Les essais de Pascal Rivière

Sous le porche

Passant sous le porche, en ce matin aimé,
Les pierres se réveillent de l’ombre enlacée,
Une lueur douce se glisse, discrète,
Sur les pavés anciens, où l’histoire se reflète.


Les volets rouges éclatent, fervents,
Sur la façade verte d’un lierre aimant,
Qui enlace les murs de son étreinte vivante,
Tissant des souvenirs dans l’âme du passant.


Le chemin serpente, sous l’arche de pierre,
Un parfum de roses emplit l’atmosphère,
Un cyprès s’élève, gardien silencieux,
De ce coin de paradis, simple et précieux.


La porte cloutée, témoin de ce temps passé,
Raconte des histoires aux cœurs fascinés,
Des secrets chuchotés à l’oreille des brises,
Des amours éphémères, des larmes de surprises.


Passant sous le porche, en ce matin doré,
Je me laisse bercer par l’instant sacré,
Où la nature et l’homme, en harmonie parfaite,
Créent un tableau vivant, qu’un instant seul arrête.

Catégories
L'art de rentrer dans le lard du sujet Les essais de Pascal Rivière

Un acte manqué réussi !

Glissant de ma main
Le poème chuta
Fracassé à terre
Au nez de Voltaire


Explosant en vers
Dévorant les œuvres
Voltaire et Rousseau
Fragmentés en Rimbaud


Mots multipliés
Entrelacés dansants
Vers enroulés
Aux lumières idées


Promeneur perdu
Dans l’Émile égaré
Au carnaval des lettres
Éducation nouvelle


Mots entrechoqués
Orgie verbale folle
Illumine la nuit
De son éclat vorace


Vers en marche résolue
Vers les Lumières absolues
Sortir des abîmes profonds
Briser les chaînes des ténèbres


Combattre l’obscurantisme
Et ses dogmes fanatiques
Réduire en cendres les poncifs
Tabous et interdits restrictifs


Mots libres et affranchis
Des préjugés ennemis
Vers porteurs de clarté
Pour l’humanité éclairée


Poème émancipateur
Des esprits et des cœurs
Ode à la liberté
Et à la vérité


Acte poétique accompli
Qu’on aurait pu croire avorté
Mais le poème a surgi
Triomphant et libéré


Les vers échappés de mes mains
Ont su trouver leur chemin
Illuminant les lendemains
D’un feu ardent et sans fin

Catégories
L'art de rentrer dans le lard du sujet Les essais de Pascal Rivière

Oh! Rage locale dans la campagne électorale?

Pastiche sur la fièvre éléctorale, inspiré de faits vécus ainsi que de Giovanni Guareschi et de son petit monde.

À la campagne comme à la ville, l’homme politique aime trôner en tête d’affiche. Quelle meilleure manière de briller lorsqu’on est en tête de liste, voire en ordre utile ? La fièvre électorale monte à la tête et frappe telle la foudre. Ici, dans notre petit monde, les affiches du candidat libéral semblent avoir été les victimes collatérales d’un orage capricieux qui les a toutes retournées.

Il faut dire que la situation était pour le moins complexe. Si les différentes tendances coexistent aisément dans les assemblées, c’est une autre affaire sous le plein soleil de la voie publique. La vénérable enseignante, ayant vu passer toutes les tendances politiques sur les bancs de son école, avait magnanimement accepté que trois tendances s’affichent à la grille de sa maison. Mais cela n’allait pas manquer de susciter certaines réactions, pour ne pas dire des réactions certaines.

Les bleus, les rouges, les mauves. Tous rouges d’efforts et verts de rage relevaient le défi. C’est ainsi que les élus et les bannis se lançaient dans une véritable joute d’affiches. Mais par un sombre soir, un mystérieux orage silencieux se produisit. Le panneau des bleus, pourtant déjà orné de cornes, de barbes et de lunettes ajoutées par quelques artistes locaux préférant rester anonymes, tomba mystérieusement de l’autre côté de la barrière. Les candidats semblaient se voiler la face contre terre, fâchés de devoir ainsi se mettre au vert, et ils auraient pu faire leur promotion au moyen d’une collection de noms d’oiseaux répandus aux alentours.

Quelle scène hilarante que celle de cet orage mystérieux frappant en période de fièvre électorale ! Imaginez notre candidat bleu, se promenant fièrement dans le quartier, pour découvrir ses affiches décorées avec un zèle artistique imprévu, puis renversées de manière si comique qu’elles semblaient appartenir à une ménagerie plutôt qu’à une campagne électorale.

Les passants, amusés, ne purent s’empêcher de commenter. « C’est le retour de la nature qui se moque de nos ambitions humaines ! » s’exclama l’un, plutôt philosophe. « Oui, et il semble que même les éléments se soient mis à voter ! » renchérit un autre, affichant un sourire narquois. Quant à un dernier, avec une pointe de malice, il déclara : « Encore heureux que les panneaux n’aient pas fini sur les roses ! La situation aurait été épineuse ! »

Notre vénérable enseignante, quant à elle, ne put s’empêcher de sourire en voyant le résultat de cet étrange orage. « Au moins », dit-elle en soignant ses fleurs, « les oiseaux ont trouvé de nouvelles surfaces où se poser ! » C’est ainsi, dans notre petite entité, la politique se mêle à la comédie, transformant chaque épreuve en une scène digne des plus grands théâtres de boulevard dans ce petit monde des deux Vernes où il se passe des choses qui ne se passent nulle part ailleurs.

Catégories
Rencontres improbables

La Symphonie Cosmique de l’Esprit

Dans la vaste symphonie de la quête humaine de la connaissance, il est un mouvement d’une intensité particulière, où les plus grands esprits de la physique se rencontrent dans un lieu hors du temps. Newton, Einstein, Hawking : trois noms qui résonnent comme des notes célestes dans la partition de l’histoire des sciences.

Le décor de cette rencontre improbable est un verger quantique, un espace où les lois de l’univers tentent d’être discernées par la volonté de la pensée. C’est ici, au cœur de ce jardin d’Éden de la connaissance, que nos trois protagonistes vont confronter leurs théories, leurs visions du monde, et même leurs doutes.

Mais leur dialogue n’est qu’une étape dans la grande odyssée de l’esprit humain. Avant eux, d’autres ont posé les fondations de la pensée scientifique, depuis les ténèbres de l’ignorance, les cimes de la canopée jusqu’à un peu plus de lumière au contact des réalités terre à terre. Et après eux, de nouvelles générations de chercheurs continueront à explorer les mystères de l’infiniment grand et de l’infiniment petit.

Car la quête du savoir est une aventure sans fin, une symphonie inachevée dont chaque mouvement apporte sa pierre à l’édifice. Et ce mouvement, où Newton, Einstein et Hawking se rencontrent dans un verger aux pommes métaphysiques, n’est qu’un tableau dans une fresque plus vaste, celle de l’humanité aux prises avec les secrets de l’univers.

Alors, plongeons-nous dans ce récit, et laissons-nous porter par la musique des idées. Car c’est ici, dans ce jardin de la connaissance, que se joue une partition unique, celle du Cantique de la Gravité, où l’Univers, l’Homme et le Fruit de la Connaissance s’entremêlent dans une symphonie cosmique de l’esprit.

Mesdames et messieurs, imaginez un verger d’apparence ordinaire, où les pommes mûres tombent nonchalamment vers le sol dans un ballet automnal sans fin. C’est ici, en ce lieu anodin, que se joue une scène extraordinaire, défiant les lois du temps et de l’espace.

Bienvenue dans ce monde où la gravité n’est pas seulement une force physique, mais aussi une véritable épine dans le pied de nos existences !

Comme vous le savez, les scientifiques n’ont de cesse de remettre en question les lois de la gravité. Newton, Einstein, la théorie des cordes, la gravité quantique… Tout cet enchevêtrement ne fait que soulever plus de questions que de réponses !

Imaginez la scène… Par un beau jour d’automne, le jeune Isaac Newton se promène tranquillement dans un verger, insouciant. Autour de lui, les pommiers se délestent peu à peu de leurs fruits mûrs qui s’écrasent négligemment au sol dans un bruit sourd.

Pomme après pomme, les fruits gonflés d’orgueil cèdent à l’appel de la gravité pour rejoindre la terre ferme dans un pitoyable « ploc ! ». Mais personne autour de Newton ne semble s’en soucier outre mesure. Les jardiniers ramassent les pommes d’un geste las, comme si ce spectacle n’a rien d’extraordinaire.

Pourtant, Newton, quant à lui, est soudain frappé par la gravité de la situation ! Regardez-moi ces pommes se révolter contre les lois de la nature en lâchant prise ainsi ! Une véritable insurrection fruitière qui fait tilt dans l’esprit du jeune homme.

« Pourquoi donc ces corpulentes pommes cèdent-elles à l’attraction terrestre avec une telle obstination ? » se demande-t-il, les yeux écarquillés.

Alors que tous vaquent à leurs occupations, inconscients du drame qui se joue, Newton, lui, a saisi la gravité de l’affaire. Ce jour-là naît en son être une interrogation dévorante : comprendre les mystères de cette force invisible qui pousse même les plus robustes des pommes à déserter leur arbre !

Oui, tandis que le monde tourne insouciant autour de lui, Isaac Newton vient de découvrir la théorie qui va changer le cours de la science… Grâce à quelques pommes bien récalcitrantes !

Alors qu’Isaac Newton est en pleine réflexion existentielle sur la gravité des pommes renfrognées, une silhouette familière se profile au loin. Albert Einstein en personne, arrive d’un pas désinvolte !

Le jeune prodige, tout à sa nouvelle théorie naissante, interpelle l’éminence :

« Monsieur Einstein ! Venez donc voir ce phénomène révolutionnaire ! Ces pommes défient la gravité pour mieux s’y soumettre dans un renoncement pathétique ! »

Mais Einstein, nullement ébranlé par ce drame fruitier, pose un regard condescendant sur la scène.

« Mon cher Newton, votre découverte est fascinante », commence Einstein avec un sourire pensif. « Mais avez-vous réfléchi à la nature de l’espace et du temps ? Ce que vous voyez comme une force agissant à distance pourrait être interprété autrement. »

Newton, interloqué, fronce les sourcils. « Que voulez-vous dire, Einstein ? »

« Selon ma théorie de la relativité générale, la gravité n’est pas une force, mais une courbure de l’espace-temps. Les pommes ne tombent pas vers la Terre à cause d’une force mystérieuse, mais parce que la Terre courbe l’espace autour d’elle. »

Newton reste coi, réalisant l’ampleur de cette nouvelle perspective. Les pommes tombent peut-être, mais n’est-ce pas plutôt l’espace-temps qui les guide ?

Einstein hoche la tête avec un sourire désarmant. « La gravité n’est pas qu’une force, mon ami. C’est une manifestation de la géométrie de l’univers. »

Sur ce, le physicien part s’asseoir d’un pas léger, laissant Newton ruminer ces nouvelles perspectives existentielles, entouré de ses alliées les pommes, qui tombent, imperturbables.

« Mon cher Newton », lance Einstein d’un ton badin, « il semblerait que nous soyons réunis en ce lieu par une force qui transcende le temps lui-même ! »

Interloqué, Newton s’apprête à répondre lorsque soudain, un étrange phénomène se produit. Les pommes suspendent leur chute comme au ralenti, flottant dans les airs telles des bulles figées. Les couleurs du verger se mettent à osciller, passant du vert tendre au pourpre surnaturel. Newton et Einstein, interloqués, se regardent avec incompréhension.

C’est alors qu’un portail lumineux s’ouvre, et une silhouette étrangement familière en émerge, nimbée d’une aura bleutée.

« Messieurs », lance la voix synthétique de Stephen Hawking, « ne soyez pas surpris. Vous venez d’entrer dans une brèche du continuum espace-temps. Bienvenue dans le verger quantique, où les lois de la physique prennent une toute autre dimension ! »

Abasourdis, Newton et Einstein peinent à en croire leurs sens. Ce verger, théâtre de leur rencontre improbable, est donc bien plus qu’il n’y paraît. Un lien quantique où les plus grands esprits peuvent converger à travers les âges pour sonder les mystères de l’univers.

« Vous voulez dire que… nous sommes dans une sorte de dimension parallèle ? » balbutie Newton, soudain conscient de la gravité de la situation.

Hawking acquiesce, un sourire mystérieux étirant ses lèvres. « Exactement, mon cher. Un espace-temps répliqué où les génies de la physique peuvent converser et confronter leurs théories, dans un ballet cosmique d’une gravité certaine. »

Einstein fronce les sourcils. « Mais comment est-ce possible ? »

Hawking marque une pause théâtrale, savourant l’effet de ses paroles. « Nous avons franchi les frontières du réel pour explorer la gravité quantique. Regardez autour de vous, cet espace est un hologramme des lois de l’univers, un laboratoire où les théories peuvent être mises à l’épreuve sans contraintes. »

Newton blêmit, sentant les fondements de sa théorie s’effriter. « Vous voulez dire que… la gravité elle-même peut être quantifiée ? »

Hawking hoche la tête, un sourire étirant ses lèvres flétries. « La gravité n’est rien d’autre qu’une distorsion de l’espace et du temps, mes agneaux égarés. Et dans les trous noirs, ces distorsions atteignent des niveaux inimaginables, défiant notre compréhension classique. La clé réside dans la fusion de la relativité générale et de la mécanique quantique. »

Sur ce, il fait exécuter une pirouette d’une impulsion puissante à sa chaise étrange, laissant les deux génies pantois, engloutis dans un verger de pommes aux formes à présent profondément suspectes.

Tandis que Newton, Einstein et Hawking discutent avec passion, animés par la curiosité scientifique et l’émerveillement face aux nouvelles possibilités, le choc de la révélation humaniste va frapper l’un d’eux. Une pomme, plus téméraire que les autres, se détache de sa branche dans un craquement sourd. Comme au ralenti, Newton la voit fondre vers lui, une sphère rougeoyante tournoyant dans l’air palpitant. Avant qu’il ne puisse réagir, le fruit atterrit sur son crâne en un grand « paf » cosmique, le laissant étourdi mais illuminé.

Alors qu’Einstein et Hawking s’attendent à une réaction indignée, Newton se fige soudain, les yeux écarquillés. Une lueur de compréhension illumine son visage, comme si cette pomme frondeuse vient de lui transmettre une révélation d’une toute autre nature.

Se tournant vers ses acolytes, il lance d’une voix tremblante d’excitation : « Mes amis, cette pomme est un signe ! Une manifestation métaphorique de la gravité de nos tourments intérieurs ! »

Einstein et Hawking échangent un regard interloqué, se demandant si leur confrère aurait perdu l’esprit sous l’impact du fruit. Mais Newton, embarqué dans son épiphanie soudaine, poursuit avec ferveur :

« Réfléchissez ! Nous voilà à discourir de la gravité comme d’une force purement physique. Mais qu’en est-il de la gravité de nos petits tracas du quotidien ? Cette force insidieuse qui nous attire inexorablement vers les tréfonds de la perplexité ? »

Einstein hausse un sourcil broussailleux tandis qu’une pomme rebondit sur le crâne dégarni de Hawking, qui laisse échapper un rire électronique.

« Prenez l’exemple de perdre ses clés ! » poursuit Newton avec emphase. « Une situation d’une gravité à faire pâlir les trous noirs ! Plus on les cherche, plus elles semblent aspirées par un vortex dimensionnel ! Un univers parallèle où les clés règnent en maîtresses absolues, narguant nos efforts dérisoires ! »

Un silence pensif s’installe, seulement troublé par le bruit d’une pomme s’écrasant mollement non loin de là.

« Ou que dire de l’échec à un examen crucial ? » reprend l’honorable physicien d’une voix vibrante. « Une déconfiture à faire imploser toute motivation dans un trou noir émotionnel ! Mais n’oubliez pas qu’un trou noir émet cette rayonnement de lueur d’espoir appelée la radiation Hawking ! »

À ces mots, l’intéressé ne peut s’empêcher de pouffer de rire.

« Sans parler de la rupture amoureuse… » Newton est lancé dans son fantasque exposé. « Une gravité qui vous attire vers le canapé, pot de glace en main, prêt à vous faire sombrer dans les abysses de la déprime ! Cependant, selon la théorie de la relativité générale, le temps que vous y resterez à végéter est entièrement relatif ! »

Einstein approuve d’un hochement de tête entendu tandis que Hawking se recroqueville de plus en plus, pris d’un fou rire incontrôlable.

« Comprenez-vous à présent ? » conclut Newton d’un ton solennel. « La gravité des situations n’est qu’une illusion de l’esprit ! Une mascarade dénuée de sens si ce n’est celui que nous lui prêtons ! Alors pourquoi ne pas l’aborder avec une salutaire dose d’humour et d’absurdité pour relativiser nos petits tracas ? »

Sur ces mots, le jeune homme écarte les bras en un geste théâtral, manquant de prendre une pomme en pleine poire.

« Après tout, si nous remettons en question les lois fondamentales de l’univers… Nous pouvons bien nous permettre de questionner la gravité réelle de nos propres vies ! »

Un silence méditatif s’installe entre les trois scientifiques, uniquement ponctué par le doux clapotis des pommes heurtant le sol. Chacun semble perdu dans ses pensées, contemplant l’entrelacs complexe de la gravité scientifique et métaphorique.

Hawking est le premier à briser le silence, sa voix synthétique résonnant d’une sagesse millénaire : « Imaginez, mes amis, un monde où les lois de la physique classique s’effondrent devant les phénomènes quantiques. Nous devons repousser les limites de notre compréhension pour saisir l’essence même de l’univers. »

Einstein se lisse pensivement la moustache. « C’est une révolution, Stephen. Mais cela implique-t-il que nous devons réécrire les fondements mêmes de la science ? »

Hawking acquiesce de la tête. « Pas les réécrire, Albert. Les transcender. Fusionner nos théories pour créer une vision unifiée de la réalité. »

Newton hoche la tête, un sourire énigmatique aux lèvres. « Et cette vision, comment la poursuivrons-nous ? »

Hawking lève lentement les yeux au ciel. « En explorant l’infiniment petit et l’infiniment grand, en confrontant nos idées et en acceptant que l’univers est bien plus complexe que nous ne l’avions imaginé ou que nous pouvons l’imaginer. »

Newton conclut : « Peut-être est-ce là tout le sens de notre présence en ce verger quantique. Confronter nos théories pour mieux appréhender la gravité de l’existence. »

« Pommes, pommes, pommes, pommes ». Ainsi le destin frappe à la porte comme dirait Beethoven en ajoutant sa pomme au panier devenu soudain cantique tandis que les fruits tombent avec des bruits aux battements sourds.

Les trois hommes échangent un regard complice, soudain conscients de travailler au progrès intellectuel et moral de l’humanité.

« Mes amis », lance Newton avec enthousiasme, « notre quête ne fait que commencer. Explorons ensemble cette nouvelle théorie unifiée de la gravité, de l’infiniment grand à l’infiniment petit de l’Univers et de nos vies ! »

D’un même élan, ils se dirigent vers les tréfonds du verger quantique, bien décidés à percer les mystères de l’univers et de l’âme humaine. Et tandis qu’ils s’éloignent d’un pas allègre, les pommes se remettent à chuter avec grâce, comme une symphonie cosmique célébrant cette nouvelle ère de la pensée.

Ainsi s’achève le premier chapitre de leurs aventures, laissant présager d’incroyables découvertes à venir. Car dans ce verger aux frontières du réel, tout devient possible, même relativiser la gravité de nos existences.